Si il y a une chose qui me gonfle bien, c’est de voir un client pris en otage parce que c’est son agence web qui lui a acheté le nom de domaine, et que l’agence a bêtement oublié de mentionner le vrai propriétaire dans les données du whois.

Ce qui veut dire, en clair, que seule l’agence a un droit légal pour utiliser le nom de domaine, et donc pour gérer l’accès au site, et qu’en cas de désaccord avec cette agence, vous allez devoir ramper (en fait raquer… euh la dédommager) pour pouvoir récupérer votre précieux nom de domaine, avec le référencement qui va avec (pour lequel vous avez déjà payé l’agence), et en plus du référencement, pour ne pas perdre les visiteurs qui ont noté votre adresse sur un bout de papier, dans un guide, ou qui ont gardé votre mail dans leurs contacts.

[Mode apparté on : n’est-ce pas Abdé ? /]

C’est exactement l’équivalent de mettre le compte bancaire de sa société au nom de son comptable.

Ou sans aller dans ce genre de problèmes, où un webmaster peu scrupuleux vous fait du chantage, il peut y avoir le cas bête de l’accident, de la faillite, j’ai récemment une amie qui a perdu tout son site à cause de cela.

C’est une pratique plus que courante au Maroc, encouragée par la difficulté pour ceux qui ne possèdent pas une carte de crédit internationale (nombreux), ou un membre de leur famille à l’étranger disposé à payer à leur place (moins nombreux, mais cette solution a quelques défauts…)

Je connais un certain nombre de spécialistes de la chose, notamment les revendeurs de RAK Communication, et d’une façon générale beaucoup de « sociétés » qui arrivent à glaner quelques clients, et qui revendent avec une faible marge des noms de domaines achetés chez ENOM (de toute façon, dès que je vois un revendeur ENOM, je prends mes jambes à mon cou).

[Mode apparté on : n’est-ce pas Michel ? /]

Si vous ne savez pas à qui appartient votre nom de domaine, allez sur un site comme DomainTools, http://whois.domaintools.com, saisissez votre nom de domaine. Votre nom doit apparaître dans les registrant.

Mais j’ai découvert hier soir une autre très bonne raison de ne jamais sous-​​traiter à une agence l’enregistrement de ses noms de domaines.  Il y a en ce moment au Maroc une « affaire » liée à l’attribution d’un gros marché informatique à la société Bull Maroc par Moncef Belkhayat, Ministre de la Jeunesse et des Sports. Laquelle attribution se serait faite en dérogation des règles des marchés publics, si j’ai bien compris, avec comme circonstance aggravante que le PDG de Bull Maroc serait allié à Moncef Belkhayat. En ces temps de printemps arabe, c’est le genre de choses sur laquelle il vaut mieux être clean, et un certains nombre de marocains poursuivent maintenant le ministre pour obtenir des réponses à leurs questions.

Bien entendu, dans ce genre d’affaires (un peu similaire à l’affaire Bétancourt, avant qu’elle ne devienne l’affaire Woerth), on creuse, et Rachid Jankari  explique sur son blog que le PDG de Bull Maroc est aussi le président d’un organisme « à gouvernance mixte Privé/​Etat » MarocNumericCluster, dont le site web a été réalisé par la société WibZeneration (Wibzen), dont le PDG Ismaïl Belkhayat est le frère du ministre Moncef Belkhayat. Aussitôt l’information twittée, et relayée, elle disparait du site de MarocNumericCluster, et aurait sans doute assez rapidement disparu aussi du cache de Google. Mais voilà… il y a une trace qu’on ne pourra pas effacer, c’est l’enregistrement du nom de domaine, dont le registrant est … Ismaïl Belkhayat, Wibzen. (Oui, je suis curieuse, je suis allée voir, ce qui m’a permis de gagner dix canettes de janka janka bull, private joke marocaine).

Et là c’est foutu de chez foutu, parce que même en changeant le who is maintenant, l’historique reste consultable.

La morale de l’histoire : achetez vos noms de domaine vous mêmes !

Que pensez-vous de cet article ?
Super0
Bien0
Bof0
Nul0
Poster un commentaire