Un nouveau blog SEO vient de voir le jour, « Etudes et tests SEO« , avec une première analyse sur la prise en compte des liens (internes) par Google.

L’auteur est le webmaster d’un des rares annuaires généralistes francophones très efficace, Le Web selon Koxin-L, donc il sait ce dont il parle.

J’ai donc mis son flux directement dans mon agrégateur.

La première étude parle de la prise en compte des liens par Google, du classement des pages émettrices et réceptrices, et de la prise en compte différente des ancres textes et des balises alt sur les images. Ca ouvre des voies assez intéressantes, à tester chacun dans son site, sans abuser bien sûr (rappel : trop d’optimisation tue l’optimisation, et quand on bourre ses balises de mots clés, Google a le hoquet).

J’ai déjà expérimenté sur certains de mes sites l’utilité des balises alt, notamment pour les orthographes alternatives. Si les résultats de son test se confirment à grande échelle, une navigation « visuelle » peut être un excellent complément à un siloing des liens (technique constituant à privilégier les liens internes sur les pages que l’on veut favoriser dans les SERP).

Cette analyse va se développer, à la suite de la discussion qui s’est engagée sur le blog, pour affiner certains facteurs, et voir si les résultats sont identiques quand les liens se font sur d’autres domaines.

Personnellement, je suis assez surprise du résultat (en gros, il semble que Google privilégierait les alt sur les ancres textes) qui va à l’encontre de ce que j’ai pu constater : plus un élément est facilement manipulable sans attirer l’attention de l’internaute, moins il est pris en compte pas Google, le texte étant finalement le plus difficile à truquer… bien que certains ne se privent pas de rendre leur site illisible pour quelques adsenses.

La deuxième conclusion, « la page émettrice est favorisée » va à l’encontre d’une certaine avarice en liens sortants de webmasters qui n’ont pas encore compris que le PR d’une page ne se divise pas avec les liens (uniquement la capacité à transmettre du « jus »). Si elle se confirme elle privilégie une approche plus collaborative, plus web tout simplement, et elle a une certaine logique : si vous donnez des liens complémentaires sur un sujet donné, c’est que, a priori, vous parlez de ce sujet.

Au fait, Rod, tu pourrais nous élargir le test avec des liens en nofollow ?

Que pensez-vous de cet article ?
Super0
Bien0
Bof0
Nul0
Poster un commentaire