En fin d’année, Lumière de Lune a embauché une assistante. Il a donc fallu passer d’un mode de fonctionnement hyper simple, avec une gérante qui ne se demandait pas de bulletin de paye et qui laissait faire son comptable, à quelque chose de plus structuré.

En bonne ancienne DAF (eh oui… ) j’ai voulu me préparer correctement à assumer ces nouvelles responsabilités. J’ai donc acheté un code du travail dont l’épaisseur devait être relativisée par le fait qu’il était :

  1. bilingue français — arabe
  2. imprimé en gros caractères
  3. et sur un papier épais

… bref, rapporté aux codes français, juste une toute petite introduction.
J’y ai trouvé notamment la brève description de ce que je devais faire apparaître sur le bulletin de paye, restait à trouver un modèle sur internet, pour avoir les taux de cotisation, notamment.

Et là, comme on dit ici, walou (rien du tout). Rien qui permette à l’entrepreneur de faire son bulletin de paye sur Excel.

Et puis en cherchant un peu, je suis tombée sur la solution miracle, que j’ai testée depuis novembre, avant de vous en parler : la gestion en ligne du personnel et de la paye sur ajiel.com

Pour résumer : c’est simple, le site est disponible, l’équipe est très disponible et réactive pour corriger les quelques bugs (j’ai embauché via un contrat aidé par l’agence locale pour l’emploi, qui n’avait manifestement pas été testé intégralement), et il y a tout ce dont une PME peut avoir besoin (ou même une société plus importante).

Comme n’importe quel système de cloud computing, mes données sont stockées sur les serveurs d’Ajiel. J’ai tous les éléments d’une gestion de personnel de base, le suivi des salariés, des contrats, des horaires, des absences et des présences, et bien entendu le calcul de la paye, l’édition des bulletins, ainsi que les différents bordereaux pour la CNSS et l’AMO (la sécurité sociale locale), ainsi que le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu.

Pour les toutes petites sociétés, il est même possible d’utiliser les services d’Ajiel gratuitement, mais dans ce cas, seuls les bulletins de paye sont disponibles, et tout le reste doit être fait à la main (ce qui n’est pas trop difficile, puisque presque toutes les informations sont sur le bulletin de paye, il ne manque que la partie prélèvement à la source).

Après avoir discuté un peu avec le fondateur de l’entreprise, qui a eu la gentillesse de me dépanner un soir où je faisais mes payes « à la dernière minute » (avec bien sûr le bug de 22 heures), j’ai découvert qu’il était un ancien consultant SAP HR. Son savoir faire se retrouve dans la structure de son système « simple et classique »

Ajiel est je crois typique des contrastes que l’on peut découvrir au Maroc : d’un côté de nombreuses personnes travaillent au black, ne sont pas déclarées, ou bien ne touchent pas le salaire pour lequel elles sont déclarées, c’est « normal », et quand on n’est pas un professionnel hyper spécialisé de la profession (comme mon expert comptable), il est difficile de trouver des informations de base. De l’autre côté, on y trouve des services modernes, de qualité, et beaucoup plus adaptés aux besoins des PME ou des startups qu’en France, où tout est déjà très lourd.

(NB : ceci n’est pas un article sponsorisé. Simplement, quand je trouve quelque chose qui fonctionne bien, j’en parle et j’ai plaisir à partager).

Que pensez-vous de cet article ?
Super0
Bien0
Bof0
Nul0
Poster un commentaire