Depuis quelques jours, les sites hébergés chez OVH ne peuvent plus être crawlés par les robots Google.

En conséquence, les pages indexées baissent à grande vitesse, et les visiteurs aussi.
OVH est conscient du problème, et « travaille avec Google pour le résoudre » (voir sur les forums OVH)

C’est la deuxième fois qu’OVH a un problème avec Google, ils avaient il y a quelques temps déclenché la colère d’un certain nombre de leurs clients en mettant en place un cloaking institutionnalisé, en tentant de déplacer vers un serveur spécifique les bots des moteurs, pour améliorer la performance des serveurs destinés aux internautes. Entre duplicate content et cloaking, cette solution avait finalement été abandonnée.

OVH est, avec 1&1, un des deux plus grands hébergeurs « à bas prix » en Europe, surtout après la fermeture de Lycos.
Personnellement, étant basée en Allemagne, je me suis naturellement tournée vers 1und1.de, dont les méthodes de gestion n’ont rien à voir avec celles de leur filiale française, plutôt mal vue. (Fermetures de comptes et /​ ou de bases de données plutôt cavalières semble t il).
Pour avoir géré pour des clients des comptes sur OVH, je trouve que globalement l’interface d’administration est plus claire chez 1&1, les problèmes d’accessibilité du site un peu plus fréquent chez OVH, et que les performances se valent.

En fait l’incident qui se produit aujourd’hui aurait sans doute pu se produire avec n’importe quel gros hébergeur. C’est un choix important pour chaque webmaster, savoir si il veut (ou peut tout simplement) géré un serveur dédié, avec les coûts supplémentaires, les risques de sécurité s’il n’est pas un bon admin, mais avec en général une meilleure qualité de service. Dans ce cas présent, seuls les mutualisés sont touchés.

C’est comme pour tout, on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre, un hébergement à un prix très bas, et la permanence du service en permanence.

En revanche, dans le cas d’OVH, il semble qu’il y ait un gros problème par an, entre le crash de certains serveurs sans possibilité de restaurer des back ups récents il y a quelques mois, le problème de crawl aujourd’hui. Si j’étais en France, j’avoue que je serais bien hésitante à aller chez eux, comme à aller chez 1&1.
Il reste des autres hébergeurs, plus chers, comme infomaniak, qui a très bonne réputation, comme Gandi, qui se lance depuis quelques mois dans l’hébergement, et qui, après des débuts difficiles, semble offrir la même qualité que pour la gestion des noms de domaines.
Il y a aussi la possibilité d’aller chercher des hébergeurs à l’étranger, notamment aux Etats Unis. Certains, comme iWeb qui propose aussi une interface francophone. L’inconvénient sera d’avoir des serveurs « non français », inconvénient qui peut être compensé par la géolocalisation dans Google WebMaster Tools pour les noms de domaine génériques (c’est à dire pas rattachés à un pays).

Une des règles de sécurité de base, pour la gestion d’un domaine sensible, c’est de séparer le gestionnaire du nom de domaine de l’hébergement. En cas de problème avec un petit hébergeur pas cher, vous pouvez perdre votre site pour quelques semaines, voir plus. Si vous avez la gestion de vos DNS, vous pouvez, dans le pire des cas, tout retransférer chez un autre hébergeur en 24 heures, c’est à dire au plus trois ou quatre jours le temps de la propagation des DNS).

En ce qui concerne le problème actuel, il y a fort à parier que, Google étant au courant, les sites retrouveront extrêmement rapidement leur positionnement. En attendant, ce sont des visites et des ventes qui sont perdues.

Que pensez-vous de cet article ?
Super0
Bien0
Bof0
Nul0
Poster un commentaire