… pas le moteur de recherche, mais le reste, (presque) tout le reste. Et surtout, je hais le Google qui essaye de me forcer la main, et de m’obliger à l’utiliser, quand je n’en ai pas envie.

Acte I : le partage de documents avec application

Parce que je suis une référenceuse paranoïaque, j’utilise très peu Google en dehors du moteur de recherche et des « outils webmaster » au sens large (Analytics, Adwords, Adsense, Webmaster tools). J’aime bien Google Maps et Google Earth quand ceux ci ne sont pas censurés au Maroc… et c’est tout !

Si Google Docs est intéressant, en pratique j’en ai peu eu l’usage, mais ce serait bien la seule fonctionnalité que j’utiliserais volontiers. En faisant de façon paranoïaque des sauvegardes régulières de tous les documents, pour éviter un quelconque problème lié au Cloud.

Mon Gmail ne me sert que pour les accès à mes comptes « de webmaster ». Je trouve que les comptes Yahoo, en mail externes de base, sont plus agréables à utiliser, plus fonctionnels… et on parle nettement moins de piratage de comptes mails Yahoo que Google.

Je n’ai pas accroché à Google+, étant déjà active ailleurs, je n’ai jamais perçu de véritable valeur ajoutée.

J’essaye d’être le moins connectée possible à mon compte Google, et me suis réservée un navigateur (Chrome) pour « les autres », les comptes Google qui sont liés à certains sites spécifiques, sur lequel je ne me connecte JAMAIS avec mon compte principal, celui qui est vraiment lié à mon activité de webmaster. Pas envie de mélanger certains cookies, tout simplement.

Sauf que… une des agences qui ont répondu à l’appel d’offres m’a envoyé un lien vers un document Gantter. Que pour ouvrir ce document, je dois bien sûr être connectée avec mon compte Google, mais en plus je dois installer l’application, et que pour cela Google me force à utiliser Chrome, au lieu de Firefox.

Grrrr…

Comme je tiens à ma parano, je suis passée par une virtualbox, mais la moralité de l’histoire, c’est dix minutes de perdues pour préserver ma notion de ma vie privée vis à vis de Google.

Acte II : téléphone sous Androïd

Dans le même état d’esprit, « préservons notre indépendance », et avec le retard d’un dinosaure qui considère qu’un téléphone est fait pour passer des appels… j’ai enfin récupéré un smartphone sous Androïd, un des Samsung Galaxy de Maroc Télécom (ce qui fut d’ailleurs — comme d’habitude avec Maroc Télécom — une longue histoire).

J’ai donc du résister à la tentation de connecter mon compte Google au démarrage, rechercher l’icône « mail » bien cachée pour paramétrer mes comptes et faire le ménage sur l’&cran d’accueil, en enlevant toutes les icônes des services Google.

Certes, c’est de « bonne guerre », mais cela rappelle furieusement les pratiques de Microsoft avec Internet Explorer.

Bref, mon cher ennemi, tu fais un très bon moteur de recherche, malgré les protestations de tous ceux qui se font déclasser, mais par pitié, arrête d’essayer de me forcer la main pour le reste.

 

Billet 8 /​10 de la série #back2blog

Que pensez-vous de cet article ?
Super0
Bien0
Bof0
Nul0
Poster un commentaire