C’est un démarchage téléphonique pour vendre me vendre une prestation de référencement. Pas à moi Lumière de Lune, mais à mon « moi » qui gère le site d’une agence de voyage à Ouarzazate. J’avais envie de me distraire un peu, je prends donc l’appel.

Ça commence très mal, le télévendeur me demandant à la fois d’aller sur le site de l’entreprise, et une fois que j’y étais, de taper publicité sur bing. Devant son incapacité manifeste à comprendre que je ne pouvais pas avoir à la fois son site et bing dans la fenêtre, et que si j’étais sur leur site je n’étais pas sur bing, je me disais qu’on n’allait pas durer longtemps, quand, heureusement pour mon amusement, le téléphone fut fermement repris en main par quelqu’un qui se présenta comme « le directeur ».

Je passerai sur l’élocution entrecoupée à chaque quart de phrase d’un « effectivement », ou autre terme, pour ressortir la liste des énormités que j’ai soigneusement notées.

Facebook est un moteur de recherche

On ne me voit pas lever le sourcil, mais bon, je demande quand même confirmation. Qu’on me donne aussitôt, avec aplomb, et certitude. Facebook est un moteur de recherche comme beaucoup d’autres, et en plus c’est un réseau social. Ce n’est qu’au bout d’une dizaine de minutes que le directeur pense à me demander si j’ai un compte Facebook.

On vous référence sur Google, et les moteurs de recherche entre autres

Le « entre autres » m’interpelle. Je demande confirmation « Vous référencez sur autre chose que des moteurs de recherche ? » « Oui bien sûr madame ». Ah « Et sur quoi ? » « Google, Bing, Yahoo' » (Ils aiment beaucoup Bing, je comprendrai plus tard pourquoi).

On vous offre 200.000 impressions

Voilà c’est nouveau, on vous offre 200.00 impressions sur le moteur de recherche Facebook, où vous serez positionnés en première page. Et vous augmenterez votre chiffre d’affaires de 25% à 35%, 7j/​7j, on vous offre une annonce gratuite de 125 caractères, et le contrôlement (sic) de coût.

Malgré des demandes répétées, je n’ai toujours pas réussi à comprendre quelle était cette fameuse première page du moteur de recherche Facebook…. En fait c’est la colonne de droite (celle où les pubs s’affichent).

En revanche, on me précise très rapidement que non, les impressions ne sont pas offertes, que seule l’annonce l’est (j’imagine qu’ils veulent dire la rédaction ?), et que c’est bien 7 jours /​ 7, mais qu’on ne peut pas me garantir bien sûr cette fameuse augmentation du chiffre d’affaires, mais qu’on l’a constatée chez un autre client.

(NB : cela ne correspond pas du tout à mon expérience de Facebook, efficace pour les publicités hyper ciblées, sur une courte période).

Je m’intéresse à l’entreprise

Le site sur lequel on m’avait envoyé se présentant comme celui d’une agence française, www.kwmfr.com, mais étant assez pauvre en informations légales obligatoires, et le who is étant un de ces enregistrements anonymes totalement illégal pour une entreprise, je me permets de poser la question, de ma vois la plus flutée « mais au fait vous êtes qui, parce que je n’ai pas trouvé votre adresse, j’ai fait un who is et je n’ai rien trouvé, vous avez quoi comme numéro Siret ? »

Si le monsieur que j’avais en ligne avait eu une quelconque connaissance d’internet, il aurait peut être tilté qu’un prospect connaissant le terme who is n’était pas quelqu’un qu’on pouvait plumer en lui proposant de le positionner en première page de facebook. Mais il avait d’autres urgences….

Le « directeur » se tourne vers son « chef » et je l’entends dire en anglais « she wants to know our address ».

On me renvoie alors sur le site de la maison mère, keyworldmedia.com et sur de complexes contrats, où je trouve enfin l’adresse de la société.

Qu’un « directeur » ne soit pas capable de me donner l’adresse de son bureau, comme ça, avait été assez divertissant.

Cherchez nous sur Bing

Il fallait maintenant que je saisisse un mot clé (je ne sais plus lequel) sur Bing, pas Google, et j’étais censée les voir (si j’ai bien compris dans les résultats commerciaux, mais après tout, leur conception de la première page de Bing est peut être tout aussi fantaisiste que la première page de Facebook). J’étais censée, car même sur Bing, ils n’étaient pas là.

Je mis fin à cet exercice cruel en leur expliquant qu’ils étaient des clowns, et que non je ne travaillerais jamais avec eux.

Les mauvais référenceurs existent à cause de leurs clients

Je suis certaine que tous les « pas si bons » référenceurs ne sont pas aussi mauvais que ceux là, mais si vous ne connaissez pas grand chose au web, voici quelque recommandations :

  • fuyez les discours trop commerciaux. On ne doit pas avoir besoin de vendre sa prestation comme une boite de lessive dans les années soixante
  • laissez tomber Bing, Yahoo, Facebook, Orkut et autres réseaux sociaux. Bing et Yahoo, parce qu’ils ne rapportent du trafic qu’à ceux qui sont inexistant sur Google, Facebook et les autres parce que ce n’est plus du référencement, mais du community management, et c’est autre chose.
  • la pub sur internet peut être un gouffre financier. Ne vous laissez pas impressionner par les grands mots, et faites définir exactement la prestation de l’agence. Que vous apporte t elle de plus que les outils standards de l’espace publicitaire ? Comment vous conseille t elle pour le ciblage ? Le suivi des coûts ? Le choix des mots clés ? Et que payez vous exactement ? Comment ? Personnellement, quand on me parle de campagne de pub sans mentionner le mot « landing page », mon antenne à charlatans commence à chauffer…par exemple
  • ce qui ce conçoit bien s’énonce clairement, même le théorème d’incomplétude ou le chat de Schrödinger. A fortiori la campagne de pub sur Internet, qui n’a vraiment rien de sorcier, ou le référencement, qui peut être subtil, mais n’est pas compliqué dans ses principes. Si votre interlocuteur transpire pour vous expliquer tout cela, on peut penser qu’il ne maitrise pas son sujet.
  • faites éclaircir et confirmer plutôt trois fois qu’une les engagements.
  • Ne faites pas confiance à kwm
Que pensez-vous de cet article ?
Super0
Bien0
Bof0
Nul0
Poster un commentaire