C’est par Laurent Bourelly, qui termine en beauté son challenge de 30 jours de post quotidien que j’ai appris que le blog d’Aurélien Amacker, star auto-​​proclamée du web marketing avait été hacké, par un petit groupe de personnes dont Adrien Delgado se ferait le porte-​​parole (mais lui n’aurait pas hacké) pour mettre fin à des pratiques marketing extrêmement douteuses, que Delgado qualifie d’arnaques et d’abus de faiblesse. Sur le fonds, ce genre de proposition commerciale super américanisée me parait plus digne des Guignols et d’un remake de province du Télé Achat, et je doute très fortement de leur efficacité réelle, pour ne pas dire plus. Sur la forme, c’est tout à fait autre chose, et comme Laurent ne souhaite pas qu’on commente sur son blog en discutant d’autres aspects — et notamment souhaitait qu’on ne se focalise pas sur les relations d’Adrien Delgado, je le fais ici. Vous pouvez déjà aller lire sur son blog son explication de ce qu’il reproche à Aurélien Amacker.

Le principe du business Amacker.

Aurélien Amacker a réinventé de façon assez intelligente le principe du site satellite. Quand on y réfléchit, d’un point de vue référencement, c’est assez intelligent. Aurélien Amacker, Olivier Roland et quelques autres sont des grands copains. Ils s’interviewent donc mutuellement, ce qui valide leur « notoriété » et leur « réussite » vis à vis du newbie, qui découvrent tellement de blogs qui parlent d’eux. Cela va plus loin : car une des retombées de sa « formation », c’est que ses élèves vont aussi parler de lui, l’interviewer, vanter ses mérites. Résumé par Laurent dans son podcast, avec la délicatesse qui le caractérise « on se fait de la branlette sur soi même ».

Je maintiens : c’est génial ! Au lieu de payer pour avoir des liens, il se fait payer — 1.000 € par formation — pour expliquer à des gens comment créer des blogs qui vont parler de lui.

Le « vrai » principe est en réalité de s’autoproclamer blogueur professionnel à succès et richissime, et de proposer des formations marketing pour apprendre à « n’importe quel débutant » comment en faire autant. Les formations en question sont de deux niveaux : il y avait une petite formation « 31 jours » qui ne coûtait pas grand chose (si j’ai bien compris, entre 47 et 100 € jusqu’à l’année dernière), et une grande formation, qu’Aurélien Amacker aurait vendue pour 1.000 € à 500 personnes, ou 397 si on fait le compte de ceux qui se sont arrêtés en route.

Comme quelqu’un le souligne, pour une entreprise c’est peu de choses, pour un particulier ou un free-​​lance, c’est « non négligeable ».

Peut-​​on faire une formation « expresse » ?

J’ai trouvé sur un blog d’une ancienne élève le sommaire de la formation et les doigts m’en sont tombés du clavier. Car ce programme met au même niveau (une semaine de formation, avec une vidéo de 10 minutes) :

  • l’installation d’un blog WordPress
  • la « domination » de Google (grâce à un sitemap, un plugin sans doute proposé dans sa version payante, et SEOquacke)
  • le « trafic » en « apprivoisant » Facebook et Twitter

Il parait que ça coinçait très souvent à l’installation du blog. Et effectivement, nous voyons passer quelques « bébés amacker » sur le forum de support wordpress-​​fr, mais si peu… puisque Amacker en profitait pour faire facturer l’installation du blog par ses « employés », dont Adrien Delgado.

Pour finir sur la méthode Amacker, ce qui lui est reproché, outre son coût, ce sont ses fausses garanties, et le très faible taux de réussite. Vous avez tous les détails ici, chez un autre ancien « bébé Amacker ».

Néanmoins, il faut reconnaître que « pour lui » ça marche. Même si de nombreuses personnes confondent chiffre d’affaires et bénéfices, bilan de sa formation « bloguer /​ gagner » de 2011 est confirmé par ses détracteurs : largement plus de 300 souscripteurs, donc largement plus de 300.000 € de chiffre. Ce qu’il ne précise pas quand il avance sa réussite, c’est le temps que cela lui a pris, pour arriver peu à peu à monter sa réputation et arriver à réussir ce coup. Ou plutôt si, il le glisse dans une vidéo sur « readmeimfamous » : cinq ans.

On remet déjà les pieds sur terre.

Et l’originalité dans tout ça ?

Amacker joue sur le concept de l’argent rapide. Or si ses « recettes » peuvent marcher, elles ne fonctionnent pas en trois minutes. Monter un blog, rédiger, faire des vidéos, trouver des mots clés, etc… tout cela demande un savoir faire qui demande du temps, et nettement plus que dix semaines ou quelques mois. (C’est d’ailleurs souligné par certains de ses anciens élèves).

L’argument avancé par ceux qui le défendent « oui mais là au moins vous trouvez tout ensemble, vous n’avez pas besoin de chercher ailleurs » est d’une inanité (pour ne pas dire pire) confondante. 1.000 €, cela représente 100 à 200 heures de recherche sur le Web, à voir le niveau de revenu atteint par ses élèves.

Avec ces 100 heures de recherche sur le web, on en apprend beaucoup plus. On apprend surtout des choses différentes, variées, on pas des recettes toutes faites, « à recopier » comme dit webmarketingjunkie, qui perdent de leur efficacité à force d’être recopiées.

Les « Bébés Amacker » se reconnaissent à la première page de leur blog. Ils appliquent religieusement les conseils du maître, la pop-​​up Aweber, les titres « 10 trucs, 5 machins, 7 choses », etc, etc. C’est morne, c’est lassant, c’est chiant, et ça ne se référence pas.

Amacker propose à ses élèves de vendre sa formation, par affiliation. Certains ont parlé, à tort je pense de Ponzi ou de ventes pyramidales interdites. N’étant pas dans le secret des dieux, et ne connaissant pas le système de rémunération, je m’abstiendrai de tout avis. Mais en revanche, ce qui est vrai, c’est que le système fonctionne quasiment en bulle fermée, et c’est sa vraie faiblesse à long terme.

Sans référencement, il est difficile, voire impossible de ramener de l’argent neuf. En sautant de blog en blog, on voit assez rapidement à quel point cela fonctionne en milieu fermé. Or le système Amacker ne peut marcher qu’en ayant de nouveaux clients, en dehors de la sphère, des gens qui ne connaissent pas la méthode, et qui vont se laisser prendre dans les filets.

Pire encore, on réalise une jolie link wheel bien circulaire, de quoi se faire flinguer par Google assez rapidement.

Passons au « hack »

Il y a peu de temps, un groupe de personnes, dont un certain Nicolas, qui parle sur le podcast de Laurent, « hackent » le site d’Amacker, le défacent, et envoient un mail à tous les membres du forum — c’est à dire les clients et les prospects de la formation « Bloguer /​ Gagner ». Adrien Delgado se présente comme leur « porte parole » mais nie toute participation active au hack.

Le site a été down pendant quelques jours, et l’affaire fait grand bruit entre « blogueurs pro ».

Le « hack » en a-​​t-​​il d’ailleurs réellement été un ? « Nicolas » est très discret sur le sujet, quand Laurent lui pose la question (10:45 sur le podcast) :

– On a eu l’occasion de récupérer ses mots de passe administrateur WordPress
– Une sorte de brut force ? demande Laurent
– Non, sur son ordinateur

Pas très glorieux, si on se plonge dans les commentaires variés, il semble qu’un des protagonistes de l’affaire avait dépanné Aurélien Amacker sur son serveur, et devait donc toujours avoir les mots de passe sous la main. Si c’est cela, pas la peine de se moquer du bagage technique d’Amacker comme ils l’ont fait… et surtout pas vraiment de quoi donner des leçons de moralité !

Au fait, d’un point de vue juridique

Adrien Delgado clame haut et fort qu’il est intouchable, qu’il n’y a aucune trace, qu’il a été très bien conseillé, et qu’il faudrait déjà pouvoir prouvé que c’est lui qui a fait le hack.

Deuxième argument « de toute façon, je suis en Thaïlande, et le temps qu’il arrive à faire quelque chose contre moi juridiquement…  »

Ces deux affirmations sont fausses.

Premièrement, Adrien, par sa participation avouée et confirmée en tant que porte-​​parole, est complice du hack. Il fait partie d’une « association » (de fait) de personnes s’étant introduites frauduleusement sur un système informatique, ayant détourné des données, avec le but avoué de nuire.

Cela suffit à le faire condamner « in abstentia ».

La condamnation ne sera sans doute pas exécutée en Thaïlande. Mais il peut se faire extrader sur mandat international, cela arrive. Surtout si pour une raison ou pour une autre, la police Thaïlandaise veut se débarrasser de lui. Et en tout cas, si il est condamné, cela veut dire qu’il ne pourra pas revenir en France sans se faire attraper.

Et puis reste le problème de la diffamation.

L’argument d’Adrien Delgado est simple « pour prouver qu’il y a diffamation, Aurélien Amacker doit prouver qu’il n’arnaque pas, et mettre tout son système à jour, avec les abus de faiblesses, et ça il ne le fera jamais ».

Ahem, je tousse un peu.

Premièrement, dans une affaire de diffamation, c’est à l’accusé de prouver que ses imputations attentatoires à l’honneur de la personne sont vraies. C’est un moyen de défense pour lui, qu’on appelle « l’exception de vérité ». Il doit donc prouver qu’il y a bien eu techniquement une escroquerie et un abus de faiblesse, et ceci alors même qu’il n’y a aucun jugement, puisque les supposées victimes (les clients) n’ont pour l’instant jamais porté plainte, et que, quoi qu’il en soit, si jugement il y avait, il serait postérieur à l’affirmation.

Mais surtout, et c’est là où le bât blesse, le fait justificatif de bonne foi, distinct de l’exception de vérité des faits diffamatoires, se caractérise par la légitimité du but poursuivi, l’absence d’animosité personnelle, la prudence et la mesure dans l’expression ainsi que par le sérieux de l’enquête. Les termes employés ne relèvent pas, à mon avis, de la « mesure ». Le sérieux de l’enquête ? Disons que l’enquête la plus sérieuse que j’ai lue est celle de Pascal Colombani, un ancien élève de la session 2011 d’Aurélien Amacker [qui arrive d’ailleurs en tête dans les résultats Google sur le nom d’Aurélien Amacker, y aurait-​​il eu du Google Bombing ?] et qu’il est, lui, nettement plus modéré dans ses termes.

La légitimité du but poursuivi et l’absence d’animosité personnelle… parlons en.

Petits meurtres entre amis à Farang Corral

C’est l’impression que je retire de cette histoire. Certes, plusieurs personnes avaient critiqué « la bande à Sébastien Roland et Aurélien Amacker », dont Stéphane de 4h18 (notre clash était même lié à ça, indirectement), ou Daniel Roch. Néanmoins, là, ce sont les proches, les très proches.

Delgado est un ancien modérateur du forum d’Amacker, et tout ce qu’il dit sur le « nous » laisse penser que quelques autres « hacktivistes » sont dans le même cas. Géographiquement, Adrien Delgado est, tout comme Aurélien Amacker, basé en Thailande et j’ai lu sur un commentaire qu’Amacker l’était aussi (mais c’était erroné). Adrien y est parti sur les conseils d’une autre « grande pointure du web », Johan Tavard /​ Najoh, qui, bien curieusement, a créé un forum « en vitesse » le 30 novembre, forum dont Delgado est désormais admin, et qui récupère des membres de l’ancien forum d’Amacker.

Comme quelqu’un l’a souligné chez Laurent (et s’est fait prié de ne pas tout mélanger), dans son genre, Johan-​​Tavard/​Najoh c’est pas mieux. On le voit passer sur les forums mainstreams, où il raconte à quel point il est riche, combien de milliers de K € de CA il fait, mais que la perte d’un mois de CA Adsense va le pousser à licencier sept personnes, alors qu’en fait Adsense il s’en fout, ce n’est qu’une petite partie de ses revenus… (je sais c’est incohérent, mais c’est le résumé fidèle de quelques discussions)

La page du forum est d’ailleurs croquignolette à lire. On voit à quel point les arguments Tavariens volent haut (qui fait l’homme), et surtout on les voit se moquer de la maison d’Amacker. Mais bon… quand on voit la photo de la chambre de Johan Tavard, qu’il met en lien sur ce fil… vous trouvez vraiment que ça fait super luxe ?

Les Farang, ce sont les noms donnés aux français, et par extension aux étrangers, en Thaïlande. Tout ça a quand même des senteurs de dispute un soir au bar, qu’on va traîner ailleurs.

Et si vous voulez en savoir plus sur les méthodes de travail de Johan Tavard, lisez ce fil, ou googlez un peu..

En résumé et pour conclure

  • je suis très contente de voir exposer au grand jour les méthodes « amacker et compagnie »
  • le hack c’est mal…
  • je conseille aux anciens élèves d’Amacker de bien réfléchir avant de se jeter dans les bras d’autres sirènes
  • j’ai finalement beaucoup plus d »estime pour Stéphane ou Daniel, qui en avaient parlé avant, largement avant
  • je comprends parfaitement le plaisir de Laurent a jouer la caisse de résonance, surtout en cette fin de challenge qui lui a rapporté plein de trafic, et je suis contente qu’il l’ait fait
  • quand vous vous apprêtez à donner 1.000 € ou plus pour une formation, vérifiez donc les mentions légales. Parce que bien peu de ces sites ont des mentions légales complètes et à jour (webmarketingjunkie, par exemple, n’a rien). Demandez vous si il est normal qu’un « expert marketing » comme « Le Marketeur Français » change son nom pour son activité professionnelle. Et méfiez vous de tout ce qui vient des Etats-​​Unis : ces systèmes « en bulle » peuvent fonctionner là bas parce que le web est si vaste que ce n’est pas un bocal fermé. Ici, en français, ce n’est pas le cas… alors même en faisant les adaptations culturelles, la « pyramide » sera beaucoup moins haute : si vous n’inventez pas, vous êtes perdu.
  • j’ai fait un tour sur une quinzaine de blogs de Bébés Amacker : l’inefficacité totale de la formation est prouvée par celui-​​là. Sur les autres, quand il y a du contenu… mon dieu, que de redites, de répétitions, de déjà lu, de tarte à la crème de « développement personnel » (et j’en ai fait du développement personnel, c’est tout sauf ça, c’est tout sauf « les expériences de la bonne copine qui vend un « produit gratuit »).
Que pensez-vous de cet article ?
Super0
Bien0
Bof0
Nul0
Poster un commentaire