Le nom de domaine est la porte d’entrée sur internet. Quand l’établissement est connu, il devient une expression clé qui sera recherchée, puisque l’internaute a la certitude, en faisant de la sorte, d’arriver sur le site de l’hôtel.

C’est malheureusement là que le parasitisme et le typo-​​squatting peuvent entrer en jeu et porter tort à l’établissement en lui faisant perdre des revenus significatifs. L’autre risque important est tout simplement de ne pas posséder son nom de domaine.

Parasitisme et typo-​​squatting

Votre hôtel a un nom commun, genre auberge du Cheval Blanc, hôtel de la Gare, Hôtel de la Vallée ? Attention au nom de domaine, car plusieurs hôtels se partagent la même enseigne, parfois dans plusieurs pays. Soyez clairs, et soignez votre title et votre description, pour que votre clientèle identifie directement dans la page lequel des sites est celui qu’elle cherche.

Si l’enseigne de votre hôtel est moins commune, attention à réserver les versions principales de votre nom de domaine, par exemple, au moins le .com, le .fr et éventuellement le .net

Réfléchissez aussi à prendre un peu plus de variantes, comme hotel-​​nom de l’hôtel, hotel-​​nom de l’hôtel-ville , que vous n’utiliserez pas directement, vous les redirigerez simplement vers votre site, mais au moins vous serez sûr que quelqu’un ne risque pas de s’en servir à votre place.

En effet, il suffit qu’un bon référenceur dépose le nom de domaine et arrive à vous passer devant dans les pages de résultats pour que beaucoup de vos clients passent par son site. Il réservera sans doute chez vous comme un professionnel du voyage, ou via des liens d’affiliation, qui vous feront perdre une partie de votre marge.

De même, la plupart des centrales de réservation créent une page avec votre nom d’établissement en url. Attention, c’est aussi une porte ouverte au parasitisme de votre nom.

Etre sûr de posséder son nom de domaine

De nombreuses agences déposent un nom de domaine pour leur client, mais par négligence ou par calcul, notamment quand elles sont elles même revendeurs de noms de domaines, négligent de mettre celui-​​ci au nom du client.

Les données d’enregistrement d’un nom de domaine, qu’on appelle « who is », donnent la liste de plusieurs contacts :

  • le propriétaire
  • le contact administratif
  • le contact technique
  • le contact commercial

Le contact commercial est celui qui reçoit le mail de rappel pour le renouvellement du nom de domaine et la facture. Le contact technique est celui avec qui l’hébergeur enverra un mail en cas de problème (spam, données trop importantes, etc). Le contact administratif est normalement celui qui gère le nom de domaine. Mais le plus important est d’être le propriétaire. En effet, si vous n’êtes pas le propriétaire et que vous avez un différent avec votre agence web, celle-​​ci détient votre nom de domaine en otage. Il vous est alors impossible de changer de prestataire sans son accord, et les procédures pour récupérer le nom de domaine sont longues.

Votre nom de domaine est aussi important que votre marque.

Protégez le : déposer votre marque à l’INPI, déposer les variations les plus évidentes de votre nom de domaine, et assurez vous d’en être le propriétaire et si possible le contact commercial.

Même si l’achat de quelques noms de domaines supplémentaires représente un certain budget, ce n’est rien en comparaison des problèmes que vous pouvez avoir à terme.

Que pensez-vous de cet article ?
Super0
Bien0
Bof0
Nul0
Poster un commentaire