Maintenant que votre blog fonctionne, il va falloir faire les premiers réglages.

Modifier le fichier wp-​​config

Le fichier wp-config.php, qui a été créé par le processus d’installation, peut être ouvert et modifié dans n’importe quel éditeur de texte, comme Notepad, ou dans un logiciel de création de site web, comme Dreamweaver, ou Aptana, qui est gratuit.

Les révisions

Depuis la 2.7, WordPress gère les révisions d’article.
Cela veut dire que régulièrement, à chaque fois que vous mettez un brouillon à jour, WordPress va générer dans la table des posts un enregistrement supplémentaire, une copie de l’article, avec un numéro de révision.
Et cela aussi dans le cas des enregistrements automatiques.

Si vous êtes seul à gérer votre blog, cela n’a pas vraiment d’utilité, et cela gonfle la base inutilement.
Il faut donc insérer une petite ligne de code,
define('WP_POST_REVISIONS', false);

Les clés secrètes

Ces clés secrètes permettent d’augmenter la sécurité des accès au blog, et à empêcher qu’il soit trop facilement hacké.

Elles sont définies « par défaut » dans le wp-​​config, il faut donc les rendre uniques.
Le contenu en lui même n’a pas d’importance, c’est une suite de caractères qui est utilisé ensuite les des cryptages.
Vous pouvez donc mettre, au choix, des phrases qui vous plaisent, ou bien utiliser le lien proposé par WordPress.
En collant dans la barre d’adresse de votre navigateur l’url indiquée dans le fichier wp-​​config, qui est
–https://api.wordpress.org/secret-key/1.1/
vous afficherez quatre lignes de texte, uniques, que vous pourrez copier et coller directement dans votre fichier wp-​​config
N’oubliez pas de le recharger sur votre ftp !

Modifier le user admin par défaut

Le nom, le prénom, le surnom

Le premier utilisateur créé s’appelle admin, ce qui n’est pas très joli.
Vous allez donc indiquer, à votre convenance, le prénom, le nom, et éventuellement le surnom.
Ces trois champs correspondent à trois fonctions wordpress,
the_​author_​firstname(), the_​author_​lastname(), et the_​author_​nickname(). Mais généralement les thèmes utilisent simplement the_​author(), qui affiche le nom à afficher publiquement.
Il faut enregistrer les modifications et rafraîchir la page pour que la liste déroulante prenne les modifications en compte et vous offre plus de choix.

Le mot de passe

Le mot de passe généré par WordPress est très sécurisé, mais assez difficile à retenir. Vous pouvez le modifier. Un rectangle de couleur vous indique si votre nouveau mot de passe est assez sécurisé (nombre de caractères, mélange en chiffres, lettres et caractères spéciaux).
Il est recommandé d’avoir un mot de passe unique pour l’admin, qui ne serve à rien d’autre.

Les autres renseignements

Les autres informations de contact, le pavé d’information, peuvent être utilisés par quelques thèmes, comme Mimbo par exemple.
Si vous êtes le seul auteur de votre blog, il est plus facile de faire une page de présentation (en modifiant la page « about » créée par défaut, vous pourrez y mettre plus d’informations, des photos, des liens…

Les réglages importants du blog

Il y a quelques réglages à faire dès le début, avant même de commencer à écrire. Le reste viendra peu à peu.

Les options de vie privée

Tant que vous êtes en train d’apprendre à vous servir de votre blog, et de tester WordPress, il vaut mieux empêcher Google de venir vous voir. Il pourrait indexer certains articles inutiles (comme par exemple le « Hello World »).
Vous allez donc dans Réglages -> Vie privée, et vpus bloquez les moteurs de recherche.
Une fois que que vous serez prêt, vous changerez le paramètres.

Les permaliens

Les permaliens, c’est la fonction de WordPress qui vous permet d’avoir des urls plus significatives que ?p=98 (ou autre…)
Il vaut mieux les activer dès le début, car ainsi, si vous faites des liens entre vos pages ou vos articles, vous n’aurez pas besoin de les modifier.
Vous avez beaucoup d’options possibles. J’ai fait un article assez général sur la structure des permaliens que je recommande, mais en fait, vous pouvez faire ce que vous voulez.
Et comme vous avez bloqué l’accès des moteurs de recherche, si vous modifiez ceux ci, ce n’est pas très grave.
Une fois que votre blog apparaitra dans les moteurs de recherche, il vaut mieux ne pas changer ses permaliens. Les anciennes urls apparaitront comme des erreurs 404, ce qui n’est pas bon. Des plugins permettent de corriger cela, mais cela alourdit le nombre de demandes envoyées à votre serveur, et donc ralentit les performances.
Si vous êtes chez Free, vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez avec nos permaliens. Ils doivent impérativement commencer par index.php/. D’une manière générale, je vous recommande de faire votre blog chez un hébergeur où vous pouvez avoir votre propre nom de domaine. Il y a un bon tuto sur les permaliens sur Free sur wordpress-fr.net.

Akismet

Akismet est le plugin le plus utile de WordPress, l’indispensable.
C’est celui qui va vous permettre de lutter contre le spam de commentaire, c’est à dire les robots et programmes automatiques qui viennent inonder votre blog de commentaires en langues étrangères pour faire la promo de sites de rachat de crédit, de streaming de vidéo sexe, de viagra et autres boutiques.
Pour le faire fonctionner, il vous faut une clé d’API, c’est à dire une autorisation pour votre blog d’accéder à la base de données d’Akismet, qui lui permet de reconnaître les tournures de phrases et les liens des spammeurs.
La clé API s’obtient en s’inscrivant sur wordpress.com
Vous pouvez créer votre profil SANS blog. Une fois celui ci activé, vous allez sur votre Dashboard ou tableau de bord, et sur votre profil. Votre clé akismet y apparait.
Il vous suffit ensuite de retourner sur votre propre blog et, dans l’onglet « Extensions », d’activer le plugin. Une ligne apparait, vous informant qu’il manque la clé, avec un lien pour aller la renseigner.
Sinon l’accès direct est dans Extensions -> Configuration Akismet, qui apparait après l’activation d’Akismet.
Vous pouvez utiliser votre clé pour autant de blogs que vous voulez, tant que ce sont les vôtres. Une clé d’API, c’est comme un code de carte de crédit, ça ne se prête pas…
Voilà, les réglages essentiels sont faits. Vous êtes prêt à faire votre premier article, et votre première page.
C’est le sujet du prochain article.

Que pensez-vous de cet article ?
Super0
Bien0
Bof0
Nul0
Poster un commentaire