D’un côté, l’annonce de l’intégration de la nouvelle version de TinyMce dans WordPress n’a pas toujours été bien comprise. Dans un commentaire, quelqu’un a cru que TinyMce était « sorti » de WordPress, et qu’il fallait se préparer à abandonner les plugins basés sur cet éditeur.

D’un autre côté, l’intégration grandissante de Markdown dans WordPress conduit certains à parler de la « mort » de TinyMce… ce qui me semble très très largement exagéré. Les deux outils répondent à des besoins extrêmement différents, et devraient coexister.

Tout utilisateur de WordPress connaissant TinyMce, on va commencer par Markdown

Markdown est un langage de « marquage » du texte pour produire du html

L’intro de l’article de Grégoire Noyelle résume parfaitement :

Markdown est un langage inventé par John Gruber en 2004. C’est un type de syntaxe wiki pour écrire de manière simplifiée du HTML. Son utilisation explosa depuis l’arrivée des smarphones, sous l’influence de quelques nerd, comme Merlin Mann par exemple.

Pour qui n’est ni geek ni nerd, ou pour qui a commencer à s’arracher les cheveux sur une page wiki, ça fait peur.

En gros, Markdown permet d’utiliser des caractères « normaux » pour générer du HTML, ce qui est pratique quand on n’est pas dans des conditions « normales » (souris, trackpad, facilité à sélectionner), et donc, notamment, quant on prépare son article sur un smartphone ou une tablette.

La plupart des marquages courants sont faciles à faire :

Si on n’a pas la « visualisation » immédiate, ce n’est pas très gênant.

En revanche, les marquages html plus complexes, comme l’insertion d’un lien, sont en réalité quasiment aussi compliqués que le html d’origine.

Surtout, le Markdown ne permet pas de produire des marquages HTML complexes, comme des micros formats, et c’est encore une autre syntaxe à apprendre.

Ses avantages restent donc limités à certains types d’utilisations, et à une catégorie de personnes capables d’apprendre une syntaxe informatique, ce qui n’est pas le cas de beaucoup d’utilisateurs de WordPress.

TinyMce c’est beaucoup plus qu’un éditeur wisywig

Il est relativement facile de créer des boutons supplémentaires pour TinyMce. Au delà du bête bouton de base qui va encadrer un texte avec un code html, on peut en réalité créer des formulaires de saisie assez complexes, insérer des valeurs à partir de listes déroulantes reprenant des valeurs en base de données, et bien entendu, faire des tests, des contrôles de saisie, et appliquer une logique complexe pour générer les éléments qui vont être envoyés à l’éditeur de texte.

Voici par exemple la copie d’écran d’un plugin que je suis en train de faire pour insérer dans le corps d’un article des liens affiliés Amazon :

Insertion complexe grâce à TinyMcE

Les éléments dans les listes déroulantes sont des contenus WordPress, des templates existant dans divers répertoires ou des choix prédéfinis, soit en dur, soit selon des options.

On a aussi la possibilité d’utiliser TinyMce pour insérer des données avec un balisage sémantique, des snippets de code, etc…

TinyMce remplit donc une autre fonctionnalité que MarkDown, et l’un n’est pas remplaçable par l’autre. (En revanche, utiliser un écran comme celui que je vous ai montré sur un smartphone, c’est … dur !)

La nouvelle version de TinyMce

La version 4.0 de TinyMce est disponible depuis novembre 2013.

Ce qui change ? Une nouvelle apparence de base, plus « responsive », une évolution dans les « boutons » (qu’on appelle les « plugins » … de TinyMce, à ne pas confondre avec les plugins WordPress), par exemple le bouton « advanced HR » est remplacé par le bouton « HR » qui fait, grosso modo, la même chose.

Des modifications ont été faites à l’API. En particulier, les fenêtres TinyMce (comme celles que je vous ai mises en copie d’écran) peuvent maintenant être définies dans le .js même du plugin. Elles peuvent aussi être toujours des fichiers séparés appelés par le plugin, comme avec la version 3.

Les icônes des boutons sont remplacées par des Webfonts. Si vous tenez toujours à vos jolies icones, il est recommandé d’utiliser des fichiers svg, plus faciles à utiliser de façon responsive.

Vous pouvez trouver ici le guide de migration d’une version à l’autre ainsi qu’une présentation (en anglais aussi) avec quelques exemples d’écrans améliorés.

Qu’est ce qui va se passer avec la nouvelle version de TinyMce ?

A priori, peu de plugins devraient ne plus fonctionner. Il est possible que les icones ne s’affichent pas, laissant un espace disponible sur lequel on pourra toujours cliquer.

Les plugins complexes (je pense aussi au bouton de WooCommerce) doivent bien sûr être mis à jour. Si vous en utilisez un, prenez contact avec son développeur, éventuellement, pour vérifier qu’il prend bien en compte les modifications. Par exemple, la liste de boutons disponibles dans des plugins comme TinyMce Advanced ou Ultimate TinyMce devrait évoluer.

Pourquoi faire disparaître TinyMce ?

TinyMce est largement utilisé, par de très nombreux plugins. Soit ceux ci sont dédiés à TinyMce, soit ils l’utilisent (Viper Video Quicktag affiche des boutons d’insertion des vidéos).

WordPress dispose maintenant de quatre éditeurs :

  • TinyMce, wysiwyg
  • l’éditeur Full Screen, »distraction free », aussi wysiwyg
  • Markdown, sur les portables
  • l’éditeur « texte »

Pour changer de TinyMce vers un autre éditeur, il faut que les avantages soient réellement indiscutables. CKEditor, le concurrent de TinyMce est moins largement utilisé. Il n’est globalement, ni meilleur, ni pire, et ne justifie pas de changement important.

L’arrivée de MarkDown est une possibilité supplémentaire, très intéressante. Mais elle ne signifie certainement pas la disparition de TinyMce « qui n’est pas bien mais y’a pas mieux ».

Que pensez-vous de cet article ?
Super0
Bien0
Bof0
Nul0
Poster un commentaire